CHRONOLOGIE D'UNE OCCULTATION
 

CHRONOLOGIE D'UNE OCCULTATION

Histoire brève des interventions de Notre-Dame de Fatima pour apporter la paix réelle à toute l'humanité - et de la campagne continuelle pour contrecarrer, réduire au silence, falsifier et occulter Son Message de paix, d'espérance, de joie et de salut.

L'attaque terroriste sans précédent en Amérique le 11 Septembre 2001 et les rapports dignes de foi sur l'acquisition par les terroristes islamiques de bombes nucléaires ainsi que d'armes chimiques et biologiques rappelle immédiatement l'avertissement de Notre-Dame de Fatima (voir l'encadré en page 3) : Si la Russie n'est pas consacrée à Son Coeur Immaculé "plusieurs nations seront anéanties" et que c'est seulement par le moyen de la Consécration que le monde peut, à notre époque, réaliser la vraie paix.

Plus de quatre-vingt quatre ans après la première Apparition de Notre-Dame de Fatima, Sa requête pour la Consécration de la Russie demeure inaccomplie et son avertissement méprisé.

Et cependant, alors que le monde progresse toujours plus vers un événement apocalyptique final, certains éléments du Vatican semblent plus déterminés que Jamais à consigner dans le passé le Message de Fatima, tout en persécutant ceux qui continuent à le proclamer.

Un jour seulement après que l'attaque terroriste du 11 Septembre 2001 eut déclaré plus de 5000 victimes et stupéfié le monde entier - un jour seulement ! - le bureau de presse du Vatican a émis une déclaration condamnant le Père Nicolas Gruner et son oeuvre de Fatima et déconseillant d'assister à la conférence de cette oeuvre (programmée du 7 au 13 Octobre 2001) sur la paix mondiale par le Message de Fatima !

Ces officiels du Vatican craignent-ils plus Fatima que le terrorisme mondial ? S'inquiète-t-on plus à Rome de Fatima que de l'hérésie et du scandale qui blessent dans le monde entier l'Eglise - confiée à leur veille ? Ces officiels du Vatican ont évidemment perdu tout sens d'harmonie à propos de l'état du monde et de l'Eglise qu'ils gouvernent.

Nous présentons ici les événements clés de la longue histoire d'un grand et terrible paradoxe: les efforts de quelques hommes, agissant à l'intérieur de l'Eglise Catholique elle-même, pour supprimer, réviser et contrecarrer l'accomplissement du plan céleste pour une vraie paix à notre époque.

1929-1964

13 Juin 1929 - Douze ans après ses premières apparitions à Fatima, et en accomplissement de Sa promesse à Fatima le 13 Juillet 1917, Notre-Dame de Fatima apparaît de nouveau à Soeur Lucie à Tuy en Espagne - Notre-Dame se tient debout sur un nuage, à côté de Son Divin Fils Jésus, sur la Croix et dit:

"Le moment est venu où Dieu demande au Saint-Père de faire et d'ordonner que, en union avec lui et en même temps, tous les évêques du monde, fassent la Consécration de la Russie à Mon Coeur Immaculé, promettant de la convertir à cause de ce jour de prière et de réparation mondiale."

Août 1931- Notre Seigneur Lui-même parle à Soeur Lucie à propos de la Consécration de la Russie, Il lui dit:

"Fais savoir à Mes ministres que, étant donné qu'ils suivent l'exemple du Roi de France en retardant l'éxécution de Mon commandement, comme lui ils le suivront dans l'infortune."

21 Janvier 1935 - Soeur Lucie écrit à son confesseur, le Père Goncalves, en réponse à ses questions: "En ce qui concerne la Russie, je pense qu'il plairait beaucoup à Notre Seigneur que vous travailliez à faire réaliser au Saint-Père Ses désirs ... [Vous demandez] si je pense que vous devriez insister avec l'Évêque? Je pense que cela plairait beaucoup à Notre Seigneur. Devriez-vous modifier quelque chose ? Je pense que ce devrait être exactement comme Notre Seigneur l'a demandé ..."

Mai 1936 - Notre Seigneur parle encore à Soeur Lucie et lui dit que la conversion de la Russie surviendra seulement quand cette nation sera solennellement et officiellement consacrée au Coeur Immaculé de Marie par le Pape en union avec tous les Évêques. Dans une autre circonstance, Notre-Dame dit à Soeur Lucie que la Russie allait être l'instrument du châtiment mondial, à moins qu'auparavant la conversion de "cette pauvre nation" fût obtenue par la Consécration.

31 Octobre et 8 Décembre 1942- Le Pape Pie XII consacra le monde, et non la Russie, au Coeur Immaculé de Marie. Quelques seMaines plus tard, Winston Churchill considère que "les gonds du destin" ont tourné, et que les Alliés commencent à gagner la plupart de leurs batailles contre les armées d'Hitler. Au printemps de 1943, Notre Seigneur dit à Soeur Lucie que la paix mondiale ne résultera pas de cette Consécration, même si la guerre en est écourtée. La Deuxième Guerre Mondiale durera encore deux ans.

Septembre 1943 - Soeur Lucie est très malade. L'Évêque de Fatima craint qu'elle ne meure et emporte dans la tombe le Troisième Secret (voir encadré page 3). Il suggère qu'elle le note par écrit et le mette sous enveloppe cachetée. Elle répond qu'une telle initiative serait trop pour elle - Mais si l'Évêque voulait en assumer la responsabilité par un ordre formel, alors elle lui obéirait volontiers.

Octobre 1943 - Après un mois de prière et de réflexion, l'Évêque de Fatima, Son Excellence José da Silva, donne à Soeur Lucie un ordre formel par écrit, de noter le Troisième Secret. Soeur Lucie essaie d'obéir immédiatement, Mais pendant plus de deux mois est mystérieusement incapable de confier au papier le Troisième Secret.

2 Janvier 1944 - Notre-Dame apparaît de nouveau à Soeur Lucie et lui ordonne de noter la troisième partie du Secret, à elle confiée à Fatima en Juillet 1917, et qui deviendra simplement connu sous le nom de Troisième Secret de Fatima. La Vierge demande que le Troisième Secret soit révélé au monde en 1960 au plus tard. Quand par la suite on demanda pourquoi le Troisième Secret devrait être révélé vers 1960, Soeur Lucie déclare: "Parce que la Sainte Vierge le veut ainsi" et "il (le Troisième Secret) sera plus clair alors."

9 Janvier 1944 - Soeur Lucie écrit pour dire à l'Évêque de Fatima que, après des mois d'incapacité de le faire, en prolongeant l'attente de l'Évêque, elle était finalement en mesure d'obéir à son ordre de noter par écrit le Troisième Secret.

17 Juin 1944 - Puisque Soeur Lucie ne permettra à nul autre qu'à un Évêque de porter la lettre d'une page contenant les paroles de Notre-Dame dans le Troisième Secret, jusqu'à cette date, il n'a pas été donné à l'Évêque de Fatima. En ce jour, un Évêque est en visite près du couvent de Tuy et Soeur Lucie lui confie le Secret. A son tour, ce même jour, il le donne à l'Évêque de Fatima, Monseigneur José da Silva. L'Évêque de Fatima est libre de lire immédiatement le Secret, Mais choisit de ne pas le faire.

15 Juillet 1946 - En réponse à une question du Professeur William T. Wash, Soeur Lucie fait remarquer que Notre-Dame n'a pas demandé la Consécration du monde (comme l'a fait le Pape Pie XII en 1942), Mais seulement et spécifiquement de la RUSSIE. "Si cela se fait, Notre-Dame promet "de convertir la Russie et il y aura la paix."

7 Juillet 1952 - Le Pape Pie XII consacre spécialement la Russie, Mais tous les Évêques Catholiques du monde ne se joignent pas à lui parce qu'il ne leur a pas demandé de participer, n'ayant pas reçu le conseil que c'était nécessaire. La guerre de Corée continue et d'autres guerres suivent.

2 Septembre 1952 - Le Père Schweigl interroge Soeur Lucie sur le Troisième Secret dans son Couvent de Coïmbra au Portugal. Il y avait été envoyé en mission spéciale par le Pape Pie XII. A son retour au Russicum à Rome, le Père Schweigl confie à l'un de ses collègues: "Je ne peux rien révéler de ce que j'ai appris à Fatima concernant le Troisième Secret, Mais je peux dire qu'il est en deux parties: l'une concerne le Pape. L'autre, logiquement - bien que je ne doive rien dire - devrait être la continuation de ces mots: Au Portugal, le dogme de la Foi sera toujours préservé."

17 Mai 1955 - Le Cardinal Ottaviani, Chef du Saint-Office du Vatican, est envoyé par Pie XII au couvent de Coïmbra, pour interroger Soeur Lucie sur le contenu du Secret. L'interrogatoire du Cardinal Ottaviani sera suivi d'un ordre de transfert du Troisième Secret au Vatican

Mars 1957 - Juste avant le transfert au Vatican, l'Évêque Mgr Jean Venancio tient sous une forte lampe électrique l'enveloppe contenant le Troisième Secret. Il note soigneusement que le Secret fait environ 25 lignes et est écrit sur une feuille simple de papier, avec ¾ de centimètre de marge des deux côtés.

16 Avril 1957 - Le texte du Troisième Secret, cacheté dans l'enveloppe initiale, recouverte d'une autre enveloppe, est transféré au Vatican. Le texte est placé dans un coffre-fort dans les appartements du Pape, comme le montre une photographie sur le magazine Paris-Match.

26 Décembre 1957 - Le Père Fuentes s'entretient avec Soeur Lucie. Elle lui parle de la disparition de nombreuses nations sur la face de la Terre et du fait que beaucoup d'âmes vont en Enfer par suite de l'ignorance du Message de Notre-Dame de Fatima.

Le Message de Fatima, Notre Seul Espoir contre le Terrorisme et la Guerre

L'apparition et le Message de Notre-Dame de Fatima est un signe d'espérance, de joie et de paix pour notre monde troublé. Notre obéissance au Message est notre seul espoir pour la paix du monde et la libération du terrorisme comme vous verrez ci-dessous.

Dieu a opéré le grand Miracle du Soleil le 13 Octobre 1917 comme preuve certaine que le Message entier est véritablement authentifié comme venant de Lui.

Ce Message prophétique a commencé pendant la Première Guerre Mondiale lorsque le Pape Benoit XV -après trois ans de terribles souffrances dans la plus grande guerre connue jusqu'alors- plaida, en grande angoisse, avec la Sainte Vierge dans une prière très officielle du 5 Mai 1917, pour Lui demander de montrer, à lui et à toute l'humanité, le chemin de la paix. Il savait et reconnaissait l'insuffisance des seuls efforts huMains.

La Très Gracieuse Vierge répondit huit jours plus tard en donnant un Message à Fatima qui "s'adressa à tout être huMain", comme dit le Pape Jean Paul II.

Elle a donné ce Message par l'intermédiaire de trois petits bergers, Lucie, Jacinthe et François. Notre-Dame est apparue une fois chaque mois, du 13 Mai au 13 Octobre. Elle est revenue voir Lucie - la seule bergère survivante - le 10 Décembre 1925 et le 13 Juin 1929 pour expliquer plus profondément et compléter les requêtes pour la paix mondiale (voir l'événement de 1929 dans la chronologie ci-dessus).

Le 13 Juillet 1917, Notre-Dame a également confié à Soeur Lucie un secret qui devait être révélé plus tard au Pape et à tous les fidèles. Ce secret contient la clé de la paix mondiale. Le secret est divisé en trois parties. Les deux premières parties furent révélées par Soeur Lucie en 1941. La troisième partie devait être dévoilée plus tard, comme nous verrons dans ce fascicule.

Notre-Dame a promis: "Si l'on M'accorde ce que Je demande, beaucoup d'âmes seront sauvées et il y aura la paix". Mais elle a fait remarquer la folie d'ignorer Son Message. Elle a dit: "Si l'on ne M'accorde pas ce que Je demande, les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir et plusieurs nations seront anéanties."

Parce que Dieu a été officiellement insulté par la Révolution Russe de 1917 -qui excluait Dieu de la Russie et conspirait pour combattre partout Dieu et Ses Disciples- Dieu, dans le Message de Fatima, insista sur un acte officiel de réparation pour son crime contre Dieu. Le 13 Juin 1929, Notre-Dame de Fatima, en présence de la Très Sainte Trinité, a expliqué que Dieu demandait la Conversion de la Russie au Coeur Immaculé de Marie (voir 13 Juin 1929 et ensuite les événements de 1931, 1935 et 1936, notés dans la chronologie ci-dessus.)

C'est sur cet acte que Dieu insiste comme Acte de Réparation pour le crime d'athéisme imposé par l'Etat, sinon nous moissonnerons les conséquences de la terrible apostasie, de l'hérésie, des vices et des péchés engloutissant le monde. Cet acte d'obéissance est notre seul espoir d'être délivrés de la guerre et du terrorisme et c'est notre seul espoir pour la paix du monde -non parce que cet acte est difficile, Mais parce qu'il est si facile, et on verra ainsi que la paix qui en résultera est entièrement due à Dieu et à l'intercession de la Bienheureuse Vierge Marie.

Dieu dit avec insistance dans le Message de Fatima que c'est seulement "par ce moyen" que nous aurons la paix et la libération du terrorisme et de la guerre parce que Dieu veut établir dans le monde la dévotion au Coeur Immaculé de Marie afin d'empêcher beaucoup de pécheurs d'aller en enfer.

1958 - Le Père Fuentes publie son entretien avec Soeur Lucie. Il est lu par un vaste public et nul ne met en question son authenticité.

9 Octobre 1958 - Le Pape Pie XII meurt.

2 Juillet 1959 - L'entretien du Père Fuentes avec Soeur Lucie est soudain dénoncé comme frauduleux dans un rapport anonyme de la chancellerie de l'Évêque de Coïmbra. Jusqu'à ce jour, plus de quarante ans après, aucun officiel ne prendra la responsabilité de ce rapport.

8 Février 1960 - En dépit de la requête expresse de Notre-Dame à Soeur Lucie, et de promesses répétées de la part de l'Évêque de Fatima et du Cardinal Patriarche de Lisbonne, des inconnus du Vatican annoncent, anonymement, que le Troisième Secret ne sera pas révélé et probablement "demeurera, pour Jamais, sous cachet absolu". L'annonce (par l'agence de presse A.N.I.) décrit le texte du Troisième Secret comme suit:

"Il vient d'être déclaré, dans des cercles du Vatican très dignes de confiance, que très vraisemblablement on n'ouvrira Jamais la lettre où Soeur Lucie a noté les paroles confiées par Notre-Dame comme un secret aux trois petits bergers à La Cova da Iria."

1960- Soeur Lucie reçoit l'interdiction officielle de parler du Troisième Secret et ne peut recevoir aucun visiteur, sauf des parents proches et des personnes connues depuis longtemps. Son propre confesseur pendant de longues années, à son retour du Brésil, n'est pas autorisé à la voir.

1961 - Malgré le soutien du Cardinal Primat de Mexico et de son propre Archevêque, Pio Lopez, le Père Fuentes est révoqué comme Postulateur de la Cause de Béatification de Jacinthe et François, sur la base d'un rapport anonyme de Coïmbra du 2 Juillet 1959.

Octobre 1962 - Juste avant l'ouverture du Deuxième Concile du Vatican, le Vatican s'accorde avec Moscou pour que le Concile ne condamne pas la Russie Soviétique, ni le communisme en général ; en échange deux observateurs orthodoxes russes assisteraient au Concile, selon le désir du Pape Jean XXIII. Cet accord lance l'Ostpolitik qui empêche le Vatican de s'opposer nommément au Communisme et en même temps de condamner les régimes communistes qui persécutent les Catholiques. La politique du Vatican est en faveur du "dialogue" et des négociations avec les communistes. Cette politique s'écarte des enseignements des Papes Pie XII, Pie XI, Saint Pie X, Léon XIII et du Bienheureux Pie IX, sur le devoir de l'Eglise de condamner le communisme et de s'y opposer et de se garder de toute collaboration avec les communistes, qui toujours exploitent ce genre de collaboration pour faire progresser leur guerre contre le Christ et Son Eglise.

21 Novembre 1964 - Le Pape Paul VI, lors des cérémonies de clôture de la troisième session du Concile Vatican II, consacre de nouveau le monde. En accord avec l'Ostpolitik, il n'est pas fait mention de la Russie, de peur d'offenser les communistes. La paix mondiale demeure incertaine. La guerre du Vietnam continue jusqu'au années 70.

1965-1983

8 Décembre 1965 - Fin du Concile Vatican II.

1966 - Devant les effets postconciliaires de Vatican II, l'Évêque de Fatima, Mgr Joao Venancio, en vient à comprendre la nécessité et l'urgence de défendre l'authentique Message de Notre-Dame contre les attaques perfides des progressistes - tous disciples du "moderniste Jésuite", le Père Dhanis. Pour défendre le Message contre les révisionnistes, en 1966, l'Évêque charge un savant prêtre clarétin, le Père Joaquin Alonzo, d'établir une histoire critique complète des révélations de Fatima. Dix ans plus tard, le Père Alonzo achèvera son oeuvre intitulée Textes de Fatima et Etudes Critiques. L'oeuvre massive présente 5396 documents, allant du début des Apparitions de Fatima jusqu'au 12 Novembre 1974. Ses manuscrits étaient "très bien rédigés" selon l'Abbé Laurentin qui les consulte lui-même.

15 Novembre 1966 - De nouvelles révisions du Code de Droit Canon autorisent n'importe qui dans l'Eglise à publier sur les Apparitions Mariales, y compris celles de Fatima sans la nécessité d'un imprimatur. Du milliard de Catholiques dans le monde, seulement Soeur Lucie - la personne même qui a reçu le Message de Fatima - a toujours l'interdiction de révéler le secret de Fatima, bien que Notre-Dame ait exprimé Sa volonté que le secret soit révélé à l'Eglise et au monde au plus tard en 1960. Soeur Lucie demeure condamnée au silence jusqu'à ce jour, ne pouvant parler librement sur Fatima sans permission spéciale du Vatican.

1967 - Publications des Mémoires de Soeur Lucie, où elle révèle la requête de Notre-Dame en 1929 pour la Consécration de la Russie. Une immense campagne officielle commence, collectant des milliers de signatures pour demander au Pape la Consécration de la Russie.

11 Février 1967- A une conférence de presse, le cardinal Ottaviani révèle que le Troisième Secret est écrit sur une simple feuille de papier.

13 Mai 1967 - Soeur Lucie rencontre le Pape Paul VI au cours de sa visite sur la place publique de Fatima. En présence de un million (1 000 000) de pélerins, elle plaide pour parler au Pape. Elle pleure quand le Pape la repousse et lui dit :  "Parlez à votre Évêque". Selon au moins un expert à Fatima, Soeur Lucie a plaidé auprès du Pape Paul VI pour qu’il révèle le Troisième Secret, Mais il a refusé.

1975 - Après 10 ans d’étude des archives de Fatima, le Père Alonso déclare publiquement que l’entretien publié du Père Fuentes de 1957 était un rapport vrai et précis des déclarations de Soeur Lucie concernant le contenu du Message de Fatima.

1975 - Les 24 volumes du Père Alonso de 800 pages chacun sont prêts pour la publication. Cette oeuvre monumentale sur le Message de Fatima comprend au moins 5396 documents. Les presses sont littéralement stoppées par le nouvel Évêque de Fatima, Mgr do Amaral, empêchant les dix ans de recherche du Père Alonso d’atteindre le public. Deux des 24 volumes seront finalement publiés (en 1992 et 1999 respectivement) Mais seulement sous forme d’édition compacte.

16 Octobre 1978 - Election du Pape Jean Paul II. Il lit le Troisième Secret dans les jours de son élection, selon une déclaration à l’Associated Press (en Mai 2000) par son porte-parole Joaquin Navarro-Valls. La déclaration, de Joaquin Navarro-Valls sera contredite par Mgr Bertone de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, qui affirmera que le Pape n’a Jamais lu le Troisième Secret avant le 18 Juillet 1981. Les deux déclarations en conflit suggèrent l’existence de deux textes distincts comprenant le troisième Secret in extenso. Le Pape semble avoir lu le même texte du Secret qui fut placé dans le coffre-fort des appartements du Pape en 1957 .

1980 - En trois ans seulement dans une vaste campagne sponsorisée par le Cardinal Josyf Slipyj, des pétitions publiques pour la Consécration de la Russie recueillent plus de trois millions de signatures qui sont reçues au Vatican.

13 Mai 1981 - Attentat contre le Pape Jean Paul II à l’anniversaire même de la première apparition de Notre Dame de Fatima. Les coups sont tirés juste au moment où le Pape se retourne pour regarder une image de Notre Dame de Fatima épinglée sur le sweater d’une petite fille. Les balles manquent leur but. Le Pape reconnaît que Notre Dame de Fatima est intervenue pour lui sauver la vie.

7 Juin 1981 - Le Pape consacre le monde, Mais pas la Russie tout en guérissant de ses blessures.

18 Juillet 1981 - Selon Mgr Bertone qui, comme on vient de le dire, est contredit sur ce point par le porte-parole du Pape Joaquin Navarro-Valls, le Pape Jean Paul II lit le Troisième Secret pour la première fois.

12 Décembre 1981 - Mort du Père Alonso. Mais avant sa mort, il a pu publier un certain nombre d’articles et de petits livres sur Fatima. Voici quelques-unes des conclusions les plus importantes de sa recherche sur le Troisième Secret.

"Dans la période précédant le grand triomphe du Coeur Immaculé de Marie auront lieu des évènements terribles qui constituent en partie le Troisième Secret. Quels sont-ils ? Si ‘ au Portugal, le dogme de la Foi sera toujours préservé ‘, on peut en déduire clairement qu’en d’autres parties de l’Eglise, ces dogmes vont devenir obscurs ou même disparaître tout à fait."

"Ainsi, il est tout à fait possible que dans cette période intermédiaire en question ( après 1960 et avant le triomphe du Coeur Immaculé de Marie), le texte du Troisième Secret concrétise des références à la crise de la Foi de l’Eglise et à la négligence des pasteurs eux-mêmes ". Le Père Alonso parle plus loin " de luttes internes au sein même de l’Eglise et de grave négligence pastorale par la hiérarchie supérieure",de "déficiences de la hiérarchie supérieure de l’Eglise" ¼

"Le texte non publié parle-t-il de circonstances concrètes ? C’est très possible qu’il parle non seulement d’une vraie crise de la foi dans l’Eglise pendant cette période intermédiaire, Mais, comme dans le Secret de la Salette, par exemple, il y a plus de références concrètes aux luttes internes de Catholiques ou à la chute de prêtres et de religieux. Peut-être même fait-il référence aux défections de la hiérarchie supérieure de l’Eglise". "Dans ce domaine, rien de cela n’est étranger aux autres communications qu’a eues Soeur Lucie à ce sujet".

Il est significatif que Soeur Lucie ne corrige Jamais ces conclusions du Père Alfonso, même si elle n’avait Jamais hésité à corriger d’autres déclarations de clercs et de plusieurs auteurs sur Fatima quand ils étaient dans l’erreur. Le Père Alonso a accès aux documents et à Soeur Lucie elle-même. Ainsi son témoignage est d’importance capitale.

21 Mars 1982 - Soeur Lucie rencontre le Nonce du Pape, un autre Évêque et le Docteur Lacerda et les informe des exigences de Notre Dame de Fatima pour une Consécration valide de la Russie. Le message complet de Soeur Lucie n’est pas transmis au Pape par le Nonce, l’évêque accompagnateur lui ayant dit de ne pas mentionner l’exigence de la participation des Évêques du monde entier à la Consécration.

12 Mai 1982 - A la veille de la visite du Pape Jean Paul II à Fatima, l’Osservatore Romano - le propre journal du Pape - publie un article du Père Umberto Maria Pasquale, S.D.B. au sujet de l’une de ses conversations avec Soeur Lucie et la lettre qu’elle lui adressa ensuite au sujet de la Consécration de la Russie. Dans cette rencontre, le Père Pasquale révèle au monde que Soeur Lucie, clairement et avec insistance, lui a dit que Notre Dame de Fatima n’a Jamais demandé la Consécration du monde , Mais seulement de la Consécration de la Russie. Le Père Pasquale publie aussi une photocopie d’une note manuscrite de Soeur Lucie attestant leur conversation sur ce point.

Le Père Pasquale, prêtre salésien célèbre connait Soeur Lucie depuis 1939. Jusqu’à 1982, il a reçu 157 lettres. Voici son propre témoignage, publié dans l’Osservatore Romano:

Je voulais mettre au clair la question de la Consécration de la Russie, en ayant recours à la source. Le 5 Août 1978, au Carmel de Coïmbra, je me suis longuement entretenu avec la voyante de Fatima, Soeur Lucie. A un certain moment, je lui ai dit : "Ma Soeur, je voudrais vous poser une question . Si vous ne pouvez me répondre, soit ! Mais si vous pouvez y répondre, je vous serai très reconnaissant que vous éclairiez pour moi un point qui ne semble pas clair pour beaucoup. Notre Dame vous a-t-elle Jamais parlé de la Consécration du monde à Son Coeur Immaculé ? "- Non, Père Umberto ! Jamais ! A la Cova da Iria de 1917, Notre Dame avait promis : Je viendrai demander la Consécration de la Russie pour empêcher la diffusion de ses erreurs dans le monde entier, des guerres parmi plusieurs nations, des persécutions contre l’Eglise..... En 1929, à Tuy, comme Elle avait promis, Notre Dame est revenue pour me dire que le moment était venu pour demander au Saint Père la Consécration de ce pays ( la Russie )..."

Après cette conversation, le Père Pasquale désirant une déclaration de la part de Soeur Lucie, lui avait adressé cette requête :

" Notre-Dame vous a-t-elle Jamais parlé de la Consécration du monde à Son Coeur Immaculé ? " Le Père Pasquale reçut alors une réponse écrite de la part de Soeur Lucie, datée du 13 Avril 1980 - Une copie en est produite ci-dessus . Voici la traduction de la note manuscrite de Soeur Lucie :

"Révérend Père Umberto,
"En réponse à votre question, je dirai clairement:
Notre Dame de Fatima, dans Sa requête, a fait référence seulement à la Consécration de la Russie" ...

"Coïmbra 13 - IV - 1980"
( signé ) Soeur Lucie.

12 Mai 1982 - Lettre de Soeur Lucie, prétendument adressée au Saint Père. Le Document du Vatican du 26 Juin 2000 présente une reproduction photographique de cette lettre manuscrite et déclare qu'elle fut adressée au Pape Jean-Paul II. Cependant une comparaison précise du texte manuscrit portugais (montré en partie ci-dessous) avec les versions fournies par le Vatican (en anglais, italien et portugais) révèle qu'une phrase capitale, prouvant que cette lettre n'aurait pu être écrite au Pape - ou à aucun Pape - a été omise dans les trois versions.

Ci-dessous le texte correspondant de la version anglaise fournie par le Vatican.

Dans la déclaration suivante tirée de la lettre de Soeur Lucie, citée ci-dessus, le texte mis en relief a été omis délibérément dans les versions vaticanes imprimées: "A terceira parte do segredo, que tanto ansiais por conhecer, e uma revelacao simbolica ..." dont voici la traduction: "La troisième partie du Secret que vous désirez tant connaître, est une révélation symbolique".

Cette phrase omise montre que le destinataire "désire vivement connaître [le Secret]" même si le Pape Jean-Paul II avait déjà lu le Secret - soit en 1978 au temps de son avènement à la Papauté (selon Joaquin Navarro-Valls) ou le 18 Juillet 1981 (selon Monseigneur Bertone). Puisque, en 1981, le Pape avait déjà lu le Troisième Secret, pourquoi "désirerait-il autant connaître" en 1982 ce qu'il contenait ? De plus, comment serait-il possible pour Lucie de déclarer que le Pape désirait tant connaître le Secret alors qu'il aurait pu obtenir le texte aux archives du Vatican (ou dans le coffre des appartements du Pape) à tout moment ?

La même lettre déclare: "Et si nous n'avons pas encore vu le total accomplissement de la partie finale de cette prophétie, nous y allons peu à peu à grands pas". Pourquoi soeur Lucie dirait-elle en 1982 au Pape Jean-Paul II que la prophétie du Troisième Secret n'était pas encore accomplie si la prophétie avait déjà été accomplie le 13 Mai 1981 par l'attentat à la vie du Pape (selon la déclaration ultérieure du Cardinal Ratzinger et de Mgr Bertone le 26 Juin 2000).

13 Mai 1982 - Le Pape Jean Paul II consacre le monde, à Fatima, Mais pas la Russie. Les Évêques du monde ne participent pas.

19 Mai 1982 - Dans l’Osservatore Romano , le Saint Père explique pourquoi il n’a pas spécialement consacré la Russie, déclarant qu’il avait "essayé" de faire ce qui est possible dans les circonstances concrètes.

Juillet - Août 1982 - Le Soul Magazine de l’Armée Bleue publie un entretien prétendu avec Soeur Lucie où elle est supposée avoir déclaré que la Consécration de la Russie a été accomplie par la cérémonie du 13 Mai 1982.

1982 - 1983 - Dans les commentaires privés devant des amis et des parents, Soeur Lucie ne cesse de nier que la Consécration de la Russie a été faite. Priée de le dire en public au début de 1983, Soeur Lucie dit au Père Joseph de Sainte Marie "qu’il lui faut une permission de la part du Vatican" pour pouvoir faire une telle déclaration.

19 Mars 1983 - A la requête du Saint Père, Soeur Lucie rencontre de nouveau le Nonce du Pape, l’Archevêque Portalupi, le Docteur Lacerda, et cette fois aussi le Père Messias Coelho. Au cours de cette rencontre, Soeur Lucie confirme que la Consécration de la Russie n’était pas faite, parce que la Russie n’est pas apparue clairement comme l’objet de la Consécration et que les Évêques du monde entier n’ont pas participé. Elle explique qu’elle n’a pas pu le dire publiquement auparavant parce qu’elle n’avait pas la permission du Vatican.

Mai - Octobre 1983 - Le Père Caillon et le Père Gruner publient plusieurs articles exposant comme fausse la conversation du Soul Magazine de Juillet - Août 1982.

1984

25 Mars 1984 - Devant 250 000 personnes à Rome, le Saint Père consacre le monde au Coeur Immaculé de Marie. Immédiatement après, le Pape s’écarte de son texte préparé et prie ainsi :" Eclairez spécialement les peuples dont Vous attendez Vous-même qu’ils Vous soient par nous consacrés et confiés." Le Pape reconnaît ainsi publiquement que Notre Dame de Fatima attend encore la Consécration de la Russie.

Le 8 Décembre1983, Le Pape Jean Paul II écrivit à tous les Évêques du monde, leur demandant de se joindre à lui le 25 Mars 1984 pour consacrer le monde au Coeur Immaculé de Marie. Il insérait avec sa lettre son texte préparé pour la Consécration. Le 25 Mars 1984, le Pape faisant la Consécration devant Notre Dame de Fatima s’écarta de son texte pour ajouter les mots en relief ci-dessous :

Comme vous voyez, ils furent reportés dans l’Osservatore Romano . Les mots ajoutés à cet endroit indiquent clairement que le Pape savait alors que la Consécration du monde faite ce jour-là n’accomplissait pas la requête de Notre Dame de Fatima. Après avoir accompli exactement la Consécration du monde, quelques paragraphes plus haut, le Pape a ajouté les mots mis en relief : "Eclairez spécialement les peuples dont Vous attendez Vous-même qu’ils Vous soient par nous consacrés et confiés." Ceci montre clairement qu’il sait que Notre Dame attend que le Pape et les Évêques Lui consacrent certains peuples, c’est -à- dire les peuples de Russie.

Reproduction du numéro de l’Osservatore Romano du 26 Mars, avec traduction, en gros caractères, des paroles du Pape Jean Paul II.

Les opposants à la Consécration de la Russie ont, à leur convenance, depuis 1984 jusqu’à ce jour; omis de transmettre que le Pape a dit effectivement qu’il n’avait pas fait la Consécration de la Russie selon les exigences de Notre Dame de Fatima.

26 Mars 1984 - Le journal du Pape l’Osservatore Romano rapporte les paroles citées ci-dessus exactement comme le Saint Père les a prononcées.

27 Mars 1984 - Selon le reportage du journal des Évêques Catholiques d’Italie, Avvenire, le Saint Père, trois heures après avoir consacré le monde, prie à la basilique Saint Pierre, demandant à Notre Dame de bénir "ces peuples pour qui Vous attendez Vous-même notre acte de Consécration et Confiance".

1984 - L’expert de Fatima le Père Messias Coelho insiste publiquement sur le fait que la Consécration n’est toujours pas faite. Il Maintiendra constamment cette position jusqu’à l’été de 1989.

10 Septembre 1984 - Monseigneur Alberto Cosme do Amaral, Évêque de Fatima, déclare au cours d’une session questions-réponses à l’aula magna de l’Université Technique de Vienne en Autriche : "Son contenu ( celui du Troisième Secret) concerne seulement notre foi.... La perte de la foi d’un continent est pire que l’anéantissement d’une nation ; et c’est vrai que la foi diminue continuellement en Europe". Ses remarques sont publiées dans le numéro de Février 1985 de "Message de Fatima ".

Photographie de la partie clé de l'interview du Cardinal Ratzinger le 11 Novembre 1984 concernant le Troisième Secret -tirée de la revue "Jésus"- . La traduction anglaise publiée au bas de la page suivante fut imprimée dans le "Fatima Crusader" n° 37 -Eté 1991- ; elle n'a Jamais été contesté par personne.

11 Novembre 1984 - Le Cardinal Ratzinger donne une interview à Jesus Magazine, publication des Soeurs Pauliniennes. L’entrevue est intitulée "Voici pourquoi la Foi est en crise" et est publiée avec permission explicite du Cardinal. Dans l’entretien, le Cardinal déclare que la crise de la Foi affecte l’Eglise dans le monde entier. Dans ce contexte il révèle qu’il a lu le Troisième Secret, et que le Secret porte sur "les dangers qui menacent la foi et la vie du Chrétien et par conséquent la vie du monde."

Le Cardinal confirme ainsi la thèse du Père Alonso : le Secret se rapporte à l’apostasie largement répandue dans l’Eglise. Le Cardinal Ratzinger dit, dans le même entretien, que le Secret se rapporte aussi à "l’importance des Novissimi ( Les derniers Temps / Les derniers Evènements ) " et que "s’il n’est pas publié, au moins pour le moment, c’est pour éviter de confondre prophétie religieuse et sensationnalisme..."

Le Cardinal révèle plus loin que "les choses contenues dans ce Troisième Secret" correspondent à ce qui a été annoncé dans l’Ecriture et répété à Maintes reprises dans beaucoup d’autres apparitions mariales, tout d’abord à Fatima."

Dans la partie du texte de l’entretien photographié ci-dessus (traduite ci-après dans l’encadré), le Cardinal dit que le Troisième Secret contient une "prophétie religieuse" qui ne peut être révélée "pour empêcher qu’on ne la prenne pour une recherche de sensationnel." Cependant le 26 Juin 2000, le même Cardinal Ratzinger dit que le Troisième Secret ne traite que d ‘évènements déjà passés ( dont l’apogée est la tentative d’assassinat du Pape en 1981 ) et ne contient aucune prophétie concernant le futur. Que s’est-il passé pour que le Cardinal

Ratzinger change son premier témoignage ? Pourquoi suggère-t-il le 26 Juin 2000 que le Troisième Secret pourrait être le résultat de l’imagination de Soeur Lucie ? Croit-il vraiment au Message de Fatima ? Sinon, peut-on se fier à son interprétation du Message de Fatima ?

Nous donnons donc ici l’entretien tel qu’il a été approuvé par Son Eminence le Cardinal Ratzinger dans les premiers jours d’Octobre.

L’une des quatre sections ( pour la Doctrine de la Foi ) s’intéresse aux apparitions mariales:

"Cardinal Ratzinger, avez -vous lu ce qu’on appelle le Troisième Secret de Fatima: c’est-à-dire celui que Soeur Lucie avait envoyé au Pape Jean XXIII et que ce dernier n’a pas voulu faire connaître et a consigné dans les archives du Vatican ?

(Réponse du Cardinal : )

" Oui, je l’ai lu. "

(Laquelle réponse nette provoqua une autre question.)

" Pourquoi n’a-t-il pas été révélé ? "

(A cela le Cardinal fait la réponse suivante très éclairante : )

" Parce que, selon le jugement des Papes, elle n’ajoute rien (littéralement : rien de différent) à ce que doit savoir un chrétien sur ce qui découle de la Révélation, c’est- à-dire un appel radical à la conversion, l’importance absolue de l’histoire, les dangers qui menacent la foi et le vie du Chrétien, et donc, du monde. Et puis l’importance des "novissimi" (Les derniers évènements à la Fin des Temps). S’il n’est pas publié - du moins pour le moment - c’est afin d’empêcher la prophétie religieuse d’être confondue avec une recherche du sensationnel ( littéralement: du sensationnalisme). Mais les choses contenues dans le Troisième Secret correspondent à ce qui a été annoncé dans l’Ecriture et répété Maintes fois dans beaucoup d’autres apparitions mariales, tout d’abord celle de Fatima, dont on sait déjà ce que contient le Message. Conversion et pénitence sont les conditions essentielles du Salut. "

1985 - 1988

Juin 1985 - L’entretien de Novembre 1984 dans le magazine Jésus est publié dans un livre intitulé "Le rapport Ratzinger". Des références - clés de l’entretien sur le contenu du Troisième Secret ont mystérieusement disparu du livre qui est publié en anglais, français, allemand et italien et atteint plus d'un million d’imprimés. Malgré la censure des révélations sur le Troisième Secret, le livre admet que la crise de la foi, prédite dans le Troisième Secret, d’après le Père Alonso, est déjà là et qu ’elle enveloppe le monde.

Septembre 1985 - Dans un entretien avec la revue Sol de Fatima (publication d’amis de l’Armée Bleue espagnole), Soeur Lucie affirme que la Consécration de la Russie n’a toujours pas été faite, parce que, encore une fois, la Russie n’a pas été clairement l’objet de la Consécration de 1984, et que l’épiscopat mondial n’a pas participé.

1985 - Le Cardinal Gagnon, dans un entretien avec le Père Caillon, reconnaît que la Consécration de la Russie n’est toujours pas faite.

1986 - Maria de Fetal cite publiquement Lucie (sa cousine) disant que la Consécration de la Russie n’a toujours pas été faite. Maria de Fetal Maintiendra constamment jusqu’en 1989 que Soeur Lucie le lui a dit.

1986 - 1987 - Le père Paul Léonard Kramer écrit : "Le Complot pour réduire Notre Dame au Silence" (Juin 1986) et une suite intitulée "Les dirigeants de l’Armée Bleue ont suivi une suite politique délibérée de falsification du Message de Fatima" (Avril 1987). Les deux articles exposent l’entrevue factice de la revue Soul de 1982 et la désinformation postérieure de l’Armée Bleue des Etats Unis sur la Consécration requise par Notre Dame.

20 Juillet 1987 - Lorsqu’elle est rapidement interrogée hors du couvent, alors qu’elle va voter, Sœur Lucie confirme au journaliste Enrico Romero que la Consécration de la Russie n’a pas été faite.

25 Octobre 1987 - Dans une audience avec une douzaine de dirigeants, le Cardinal Mayer reconnaît publiquement que la Consécration n’a pas été faite selon la requête spécifique de Notre Dame.

26 Novembre 1987 - Dans une rencontre privée, le Cardinal Sticker confirme que la Consécration n’a pas été faite parce que le Pape ne trouve pas le soutien des Évêques:

"Ils ne lui obéissent pas", dit le Cardinal Sticker.

1988 - Le Cardinal Gagnon attaque le Père Gruner pour la publication du rapport Caillon avec sa déclaration de 1985 selon laquelle la Consécration n'a pas été encore faite. Le Cardinal Gagnon reconnaît avoir parlé au Père Caillon et ne nie pas la vérité de son rapport Mais dit qu'il n'était pas destiné à être publié.

1989 - 1990

1989 - Plus de 350 Évêques Catholiques RoMains répondent à une lettre du Père Gruner, pour confirmer leur volonté de consacrer la Russie avec le Pape selon la requête de Notre Dame de Fatima.

1989 - Depuis 1980, selon des estimations de conservateurs, encore un million de signatures ont été reçues par le Vatican en des pétitions, en appelant au Pape et aux Évêques pour consacrer la Russie au Coeur Immaculé de Marie.

Juillet 1989 - En présence de trois témoins à l’hôtel Solar da Marta à Fatima, le Père Messias Coelho révèle que Soeur Lucie vient de recevoir un "ordre" anonyme de la part de personnes non identifiées de la bureaucratie du Vatican. "L’ordre" déclare que Soeur Lucie et ses consoeurs doivent dire Maintenant que la Consécration de la Russie a été accomplie dans la cérémonie du 25 Mars 1984, même si la Russie n’a pas été mentionnée et si les évêques du monde n’ont pas participé.

Après cet évènement, différents témoins - y compris, est-il proclamé, Soeur Lucie elle-même - se mettent à réfuter leurs propres affirmations précédentes sur la non Consécration. Ces témoins, auparavant, déclaraient clairement que la Russie ne pouvait pas avoir été consacrée selon les requêtes du Message de Fatima, faute d’avoir mentionné la Russie, et faute d’avoir obtenu la participation des Évêques du monde entier. Ainsi commence un processus de "révision" de la requête de Notre Dame en passant de la Consécration de la Russie à la Consécration du monde. En même temps, des forces puissantes de l’appareil intérieur du Vatican commencent à viser le Père Gruner et son oeuvre pour la supprimer.

Juillet 1989 - Le Nonce du Pape au Portugal est changé; en lien avec "l’ordre" anonyme en provenance de la bureaucratie du Vatican. Peu après Maria do Fetal se retourne, contredisant toutes ses déclarations antérieures selon lesquelles sa cousine, Soeur Lucie ne pensait pas que la Consécration ait été faite. Maria do Fetal prétend maintenant que Soeur Lucie croit que la Consécration du monde en 1984 a satisfait aux demandes de Notre Dame de Fatima.

10 Juillet 1989 - Le Père Gruner répond respectueusement à la lettre du nouvel Évêque d’Avellino datée du 29 Juin 1989 et fait remarquer qu’il a permission écrite d’être au Canada, que lui a donnée Monseigneur Pasquale Venezia, le précédent Évêque d’Avellino.

Rien n’explique pourquoi la lettre a mis un mois pour atteindre le Père Gruner. La lettre révèle que le Cardinal Secrétaire d’Etat a envoyé "des signaux d’alarme" sur le travail du Père Gruner pour promouvoir le Message de Fatima, lequel travail inclut spécialement la réalisation de la propre Consécration de la Russie telle que l’exigeait Notre Dame de Fatima et la requête de la publication complète du Troisième Secret.

Le nouvel Évêque ne semble pas comprendre que son prédécesseur ait donné au Père Gruner la permission de vivre hors du Diocèse d’Avellino en s’engageant dans son oeuvre de Fatima.

24 Juillet 1989 - Le Cardinal Innocenti écrit au Père Gruner lui reprochant d’avoir refusé une "invitation" à rendre visite au Nonce apostolique du Canada. Le Nonce n’a Jamais donné aucun ordre que le Père Gruner aille le voir. Le Cardinal Innocenti menace le Père Gruner d’une possibilité de suspension à moins d’une incardination dans un Diocèse du Canada ou d’un retour à Avellino au 30 Septembre 1989.

9 Août 1989 - Une offre non sollicitée d’incardination est soudain adressée au Père Gruner par Mgr Fulton du Canada, Mais à la seule condition que le Père Gruner cesse son travail de promotion du Message de Fatima. Cette offre d’incardination est due apparemment à une pression exercée auprès de l’Évêque d’Avellino par le Cardinal Secrétaire d’Etat, incitant l’Évêque d’Avellino à remettre l’affaire entre les Mains de Mgr Fulton.

21 Août 1989 - Le Père Gruner répond à la lettre du Cardinal Innocenti datée du 24 Juillet 1989 (qu’il n’a reçue qu’après le 14 Août), faisant remarquer que le Cardinal n’a aucun droit d’interférence, puisque l’Évêque d’Avellino ne lui a donné personnellement aucun ordre dans la matière. Le Père Gruner lui fait remarquer qu’il agit selon la loi de l’Eglise. Le Père Gruner en appelle alors au Pape contre l’abus d’autorité du Cardinal Innocenti. Par la suite, le Cardinal n’adresse plus aune réponse ni aucun écrit au Père Gruner. Le Cardinal ordonne à tous ceux de son bureau de ne Jamais lui mentionner de nouveau le nom du Père Gruner.

1 Septembre 1989 - La revue The Fatima Crusader fait remarquer le droit de tout. prêtre à la publication de la vérité sur le Message de Fatima. Par conséquent, la réponse de 10 pages au Cardinal Innocenti est publiée dans ce numéro du Fatima Crusader.

Fin Août - Début Septembre 1989 - Le prétendu "coup d’Etat" de Moscou, dans lequel le régime communiste suit un scénario visait à tromper l’Occident. Ce plan fut écrit en partie en 1958 et publié en 1984 par un dissident du K.G.B. Anatoly Golitsyn qui assistait à la session du plan en 1958. Son livre "Nouveaux mensonges pour vieux" fait 148 prédictions concernant le plan de la Russie communiste pour une stratégie de duperie vis-à-vis de l’Occident. Vers 1993, 139 de ses prédictions se sont réalisées.

Le plan révélé par Golitsyn serait bien utile pour amener ceux qui croient en Notre Dame de Fatima à croire que les changements purement politiques de 1989 font partie du triomphe du Coeur Immaculé prédit par Notre Dame . En fait, les changements en Russie pendant la période 1989 - 2001 manifesteront seulement une perversion plus avancée de la société russe, non pas une conversion de la Russie.

Ce n’est pas pure coïncidence que, en 1989, l’année même où commence la stratégie de duperie de la Russie, commence aussi une campagne de coopération pour supprimer ou réviser le Message de Fatima, y compris des actions pour réduire au silence le Père Gruner et son oeuvre, et l’apparition soudaine de lettres dactylographiées de Soeur Lucie qui n’écrit pas à la machine, déclarant que la Consécration a été accomplie par des cérémonies qui ne mentionnent même pas la Russie.

Août 1989 - Novembre 1989 - Des notes et des lettres, à l’ordinateur et à la machine, supposées signées de Soeur Lucie apparaissent soudain, en contradiction pure et simple avec toutes les déclarations antérieures faites depuis plus de 50 ans sur la Consécration. Ces notes contiennent des erreurs formelles que Lucie n’aurait pu faire (par exemple, la fausse déclaration que le Pape Paul VI a consacré le monde au Coeur Immaculé de Marie lors de sa visite de 1967 à Fatima) et une phraséologie qu’elle n’avait Jamais utilisée auparavant. Jusqu’à présent, "Soeur Lucie" n’a Jamais fait de correspondance à la machine ou à l’ordinateur, et elle continue à faire à la Main tous les autres écrits, y compris ses longs témoignages.

29 Janvier 1990 - Vers 8h30 du matin, Maria do Fetal, à Fatima, déclare au Père Caillon que, précédemment , elle "inventait" lorsqu’elle rapportait les déclarations de Soeur Lucie disant que la Consécration du monde de 1984 n’était pas en conformité avec la requête de Notre Dame pour la Consécration de la Russie.

11 Octobre 1990 - La propre soeur de Soeur
Lucie dit au Père Gruner qu’on ne peut guère croire, et même pas du tout, à une lettre dactylographiée par Soeur Lucie, car elle ne sait même pas taper à la machine.

22 Octobre 1990 - Dans un rapport écrit, un expert juridique en haute considération, indique que la signature portée sur une lettre à l’ordinateur de Novembre 1989 est un faux. Des extraits de cette lettre, publiés par une revue catholique italienne en Mars 1990 , sont largement diffusés et cités comme "preuve" que la Consécration a été faite. Plusieurs antennes de radio colportent cette nouvelle à partir de la revue italienne et répandent dans le monde entier l’attestation frauduleuse.

Novembre 1990 - Le Père Gruner et la Croisade Internationale du Rosaire de Fatima lancent une campagne mondiale pour libérer Soeur Lucie de sa condamnation à 30 ans de silence et pour encourager le Saint Père à révéler le Troisième Secret de Fatima.

1991 jusqu’à présent

13 Mai 1991 - Soeur Lucie n’accepte pas d’aller à Fatima pour la visite du Pape mais elle en reçoit l’ordre au nom de la Sainte Obéissance. Le Pape Jean Paul II visite Fatima pour la deuxième fois et rencontre Soeur Lucie pendant une demi-heure. Après cette rencontre, ni le Pape, ni Soeur Lucie ne font aucune annonce pour affirmer que la Consécration a été faite - annonce qui serait allée de soi, si les "lettres de Soeur Lucie" de 1989 - 1990 avaient été authentiques.

Le silence du Pape et de Soeur Lucie quant à la Consécration de la Russie est très révélateur. Il y a un désaccord évident entre Soeur Lucie et une certaine partie de l’appareil du Vatican, qui a toujours essayé de suggérer que la Consécration de la Russie est faite et qu’on en a fini. Même si l’on prétend que Soeur Lucie est d’accord pour dire que la Consécration de la Russie a été accomplie, elle continue d’être liée par l’ordre de silence qui lui a été imposé en 1960 et elle ne se défend pas publiquement. Les 24 volumes du Père Alonso avec 5396 documents originaux sur Fatima sont toujours interdits de publication.

8 Octobre 1992 - Conférence de Paix du Fatima Crusader . Des déclarations fausses et trompeuses sont publiées dans l’Osservatore Romano par le Cardinal Sanchez et l’Archevêque Sepe, suggérant qu’une permission ecclésiastique est requise pour la Conférence alors que, formellement, elle n’est pas nécessaire selon la loi de l’Eglise. Des mensonges semblables sont publiés dans la presse portugaise les 7-9 Octobre. Néanmoins plus de cent Évêques acceptent l’invitation et la participation aux frais pour se rendre à Fatima pour la Conférence. Tandis qu’en définitive 65 Évêques assistent, 35 autres se laissent "persuader" de ne pas y assister, par le mouvement anti-Fatima et par certains fonctionnaires du Secrétariat d’Etat du Vatican.

10 Octobre 1992 - Le Père Gruner est frappé par des employés du Sanctuaire, dont l’un avoue plus tard avoir agi sous les ordres du Recteur du Sanctuaire, Mgr Guerra. Mgr Amaral, Évêque de Fatima, est démis de ses fonctions quatre mois plus tard, Mais Mgr Guerra demeure Recteur du Sanctuaire.

11 Octobre 1992 - Un entretien contestable avec Soeur Lucie est organisé par le Père Pacheco, le Cardinal Padiyara, Mgr l’Évêque Michaelappa et un chauffeur, Carlos Evaristo. Plus tard Evaristo publie une version faussée de la rencontre,qu’il reconnaît "reconstituée ". Entre autres falsifications, "l’entrevue " contient une déclaration de "Soeur Lucie" selon laquelle Mikhail Gorbachev s’est agenouillé devant le Saint Père et lui a demandé pardon de ses péchés. Cette déclaration est dénoncée par le porte parole du Pape, Joaquin Navarro-Valls, comme fabriquée de toutes pièces. Le Père Pacheco publie une réfutation de la "rencontre" simulée. Le spécialiste de Fatima, Frère Michel, conclut que cette "entrevue" a été montée par le Recteur du Sanctuaire afin d’arrêter les pétitions pour la Consécration de la Russie. Aujourd’hui, la rencontre totalement discréditée d’Evaristo, n’est plus mentionnée comme "preuve" de l’affirmation prétendue de Soeur Lucie sur le fait de la Consécration.

1992 - Le premier volume massivement édité des documents critiques du Père Alonso sur Fatima est publié, laissant 23 autres volumes sous clé.

31 Juillet 1993 - Un Évêque éminent de l’Inde donne des garanties écrites de sa volonté d’incardiner le Père Gruner mettant par là une fin apparente à tout effort du mouvement anti-Fatima du Vatican à forcer le retour du Père Gruner à Avellino en Italie.

3 Novembre 1993 - L’Évêque d’Avellino, Antonio Forte, avoue au Père Gruner qu’il est empêché d’approuver le transfert du Père Gruner hors du Diocèse d’Avellino parce que le Cardinal Sanchez et l’Archevêque Sepe, de la Congrégation Vaticane pour le Clergé, ne le lui permettent pas. Le Cardinal Sanchez et l’Archevêque Sepe travaillent avec le Secrétariat d’Etat pour réduire au silence le Père Gruner et son oeuvre. Leurs actions violent la juridiction de l’évêque d’Avellino et n’ont aucune base dans le Droit Canon. Aucun autre prêtre dans toute l’Eglise catholique n’est soumis à une telle interférence pour transfert d’un Diocèse à l’autre.

13 Janvier 1994 - L’Evêque Forte dit au Père Gruner qu’il n’a rien contre lui, et quand le Père lui demande ce qu’il devrait faire, l’Evêque lui répond de retourner au Canada.

14-31 Janvier 1994 - Le Cardinal Sanchez, l’Archevêque Sepe et l’Evêque Forte commencent à opérer les derniers mouvements dans le " jeu d’incardination "qu’ils sont en train de mener contre le Père Gruner. Ils lui commandent de trouver un autre évêque, puis font obstruction à son incardination par d’autres évêques, tout en refusant son exardination d’Avellino. " L’échec et mat " qu’ils clament consiste à dire que puisque le Père Gruner n’a pas réussi à être incardiné ailleurs, il doit maintenant retourner à Avellino ou alors être suspendu de la prêtrise.

31 Janvier 1994 - L’Evêque Forte envoit au Père Gruner une lettre l’accusant d’être un prêtre vaguus (prêtre vagabond) parce qu’il n’était pas retourné à Avellino depuis le Canada alors que cet Evêque lui-même venait juste de dire au Père Gruner de retourner au Canada seulement 18 jours auparavant. Ce comportement incroyable est expliqué dans Fatima Priest . Cela continue aujourd’hui ; la procédure d’appel étant actuellement encore en cours devant les tribunaux du Vatican et le Pape.

Octobre 1994 - Le Secrétaire d’Etat et le Nonce Apostolique écrivent aux évêques du monde entier, leur donnant pour directive de ne pas assister à la Seconde Conférence pour la Paix organisée par Fatima Crusader qui doit se tenir au Mexique. Des visas sont refusés et beaucoup d’autres obstacles sont mis sur la route de 100 évêques Catholiques qui ont acceptés l’invitation à cette conférence.

1995 - Dans une communication personnelle à un certain professeur Baumgartner de Salzburg (Autriche) le Cardinal Mario Luigi Ciappi, pas moins que le théologien personnel de Jean Paul II, révèle que " dans le Troisième Secret, il est prédit, entre autres choses, que la grande apostasie de l'Eglise commencera au sommet".

12 Juillet 1995 - La première "lettre ouverte au Pape" est publiée dans un quotidien Romain de premier plan Il Messagero. Elle couvre deux pages entières, protestant publiquement contre l’abus flagrant de rang, de prestige et de pouvoir par les bureaucrates anti-Fatima du Vatican pendant la période 1992-1994. Elle est signée par deux évêques, des milliers de prêtres et de laïcs. Le Pape n’agit pas (ou est empêché d’agir) bien qu’un mot privé soit reçu pour dire que sa Sainteté a bien lu la lettre.

Novembre 1996 - A Rome, troisième Conférence pour la Paix du Fatima Crusader. De nouveau, tous les évêques sont invités à y assister, avec couverture de tous les frais. En dépit de la constante répétition des mêmes mensonges répandus par certains membres du mouvement anti-Fatima de l’appareil du Vatican en 1992 et 1994 - combinés avec la pression de ne pas assister à la Conférence, pression exercée par le Cardinal Gantin, différents Nonces Apostoliques et d’autres bureaucrates du Vatican - plus de 200 évêques, prêtres et laïcs sont présents.

20 Novembre 1996 - La plainte Canonique du Père Gruner contre le Cardinal Sanchez et l’Archevêque Sepe et leurs complices est remise au Pape en main propre, comme le montre une photographie reproduite dans Fatima Priest et publié le 2 Avril 1998 dans Il Messaggero.

26 Février 1997 - Coralie Graham, rédactrice en chef du Fatima Crusader envoie au Cardinal Gantin une lettre recommandée contenant sept questions pertinentes sur ses actions illégales pour tenter d’empêcher les évêques et prêtres d’assister à la Conférence de la Paix. Plus de quatre ans plus tard, sa lettre parfaitement respectueuse est toujours demeurée sans réponse.

2 Avril 1998 - Publication de la seconde "Lettre Ouverte" de deux pages . Cette fois la "Lettre Ouverte" recueille les signatures de 27 évêques et archevêques ainsi que 1900 prêtres et religieux et plus de 15000 laïcs. Elle est publiée en italien dans Il Messagero. Des milliers d’affiches de la "Lettre Ouverte" sont apposées autour du Vatican au cours de 1998.

Pendant ce temps, le procès canonique du Père Gruner suit son cours dans le système judiciaire du Vatican. Des détails des procédés "truqués" et absurdement injustes sont fournis dans Fatima Priest (livre sur la vie du Père Gruner). Au cours du procès, l’Archevêque Grochelewski, actuellement juge principal du dossier (depuis que le Cardinal Agustoni a été obligé de se retirer à cause de l’apparence de préjugé) avoue que le litige n’est pas au sujet de l’incardination du Père Gruner, mais de ce qu’il dit (concernant Fatima) . C’est la vraie raison des nombreuses actions illicites et sans précédent contre le Père Gruner, même si on n’en trouve nulle trace écrite dans les actes du procès. Un principe essentiel de la justice naturelle est que l’accusé doit être informé des accusations précises contre lui, de sorte qu’il puisse se défendre. Mettre le Père Gruner en jugement pour un "délit" prétendu concernant son incardination, quand le véritable enjeu est ce qu’il dit sur Fatima, voilà une insulte à ce principe.

Octobre 1998 - Les différents mensonges, insinuations malveillantes et accusations contre le Père Gruner sont résumés dans un long document accusateur, préparé et présenté par le Promoteur de la Justice, désigné par l’appareil du Vatican pour préparer un résumé prétendument "impartial" des positions canoniques des parties. On dit au Père Gruner qu’il n’a même pas le droit d’obtenir une copie de ce document "impartial", à moins de faire serment de le garder secret. Cette requête bizarre émane du Tribunal lui-même (Une copie de cette exigence du secret par le Tribunal est à la disposition de tout évêque qui en fait la demande ). Le Père Gruner refuse de faire ce serment du secret. On le force à parcourir le document du Promoteur en présence de son avocat canonique qui doit faire le voyage Rome - Canada puis rapporter à Rome le document sans en laisser une copie.

10 Octobre 1998 - Le document du Promoteur révèle, pour la première fois, l’existence de 20 lettres mises secrètement en circulation contre le Père Gruner et son oeuvre. Les lettres regorgent de faux rapports et de purs mensonges de la part de certains membres de la Congrégation pour le Clergé, du Secrétariat d’Etat et même de la Congrégation du Cardinal Ratzinger, remontant au début des années 80.

10 Décembre 1998 - En dépit des obstacles presque infranchissables et du temps très limité accordé pour sa réponse, le Père Gruner apporte une réponse canonique de 80 pages au document du Promoteur, en réfutant chaque allégation de manière concluante. Le document du Promoteur n’a Jamais été mentionné à nouveau par le Tribunal.

Décembre 1998 - Le père Gruner, par courrier recommandé, exige des copies des 20 lettres environ écrites contre lui par la Congrégation pour le Clergé et le Tribunal. Les lettres ne sont Jamais parvenues. Des mensonges continuent à circuler dans le dos du Père Gruner, entravant considérablement ses efforts pour persuader les évêques que la Consécration de la Russie doit se faire de manière convenable pour éviter l’anéantissement des nations selon les avertissements de Notre Dame de Fatima.

Août 1999 - Le Père Gruner adresse un nouveau document à l’évêque d’Avellino qui démontre que le Père Gruner est incardiné ailleurs.

3 Septembre 1999 - La Signature Apostolique produit une décision antidatée du 10 Juillet 1999. L’absence évidente de fondement de la décision est démontrée dans "une Loi pour Un Seul Homme" (chapître de Fatima Priest ) et par des documents liés à la réfutation du Père Gruner, en date du 14 Octobre 1999 (également reproduit dans Fatima Priest, édition 2000), réfutation à laquelle la Signature Apostolique n’apporte aucune réponse. Pendant ce temps, le troisième avocat canonique, sur qui on a fait pression, en vient à se retourner contre lui.

(Le mauvais service des deux premiers canonistes est détaillé dans Fatima Priest) . 16 canonistes seulement sont autorisés à défendre 400 000 prêtres catholiques à la Signature, d’où la facilité de faire pression sur ces avocats par des menaces de mettre un terme à leur admission au Tribunal.

12 - 18 Octobre 1999 - La Conférence de la Paix de l’Apostolat à Hamilton (Ontario) est soumise au même modèle de harcèlement, d’abus d’autorité, et de mensonges calculés qui ont entravé les précédentes Conférences de Fatima de l’Apostolat. Des évêques et des prêtres sont présents, Mais en nombre réduit. Il est devenu de plus en plus difficile d’atteindre les prêtres et les évêques à cause de la campagne du Vatican pour noircir la réputation du Père Gruner et son oeuvre. Assistance de plus de 300 personnes, des laïcs pour la plupart.

22 Novembre 1999 - Une seconde Plainte Canonique faite par le Père Gruner est adressée au Pape par courrier recommandé, depuis la poste vaticane. Cette plainte cite les Cardinaux Agostini, Innocenti et Sanchez, l’Archevêque Sepe, l’Archevêque Grochelewski et Mgr Forte.

Décembre 1999 - Le second volume des manuscrits du Père Alonso est enfin publié, mais en édition extrêmement massive. Les 22 autres volumes sont encore non publiés 25 ans plus tard, bien qu’entièrement prêts à être mis sous presse dès 1975.

20 Avril 2000 - Le Père Gruner invoque le Canon 1506, qui requiert du Pape d’accepter les plaintes canoniques à la fois contre les Cardinaux et les évêques cités. Selon le Droit Canon, les plaintes sont considérées comme acceptées, une fois passée la limite de Mai 2000. Le Pape ne répond pas bien qu’obligé de le faire par la loi qu’il a lui-même promulguée. Même le Pape est lié par la loi commune de l’Eglise jusqu’au moment où il promulgue une nouvelle loi.

13 Mai 2000 - Pendant les cérémonies de Béatification de Jacinthe et de François, le Cardinal Sodano annonce que le Troisième Secret de Fatima va être révélé. (Auparavant, le Secrétariat d’Etat avait essayé de détourner de Fatima les cérémonies de Béatification en faisant au Vatican une cérémonie de béatification groupée, impliquant d’autres bienheureux sans rapport avec Fatima ).

Le Cardinal Sodano, cependant donne une présentation fallacieuse du Troisième Secret, prétendant qu’il consiste en une vision où "le Pape semble tomber mort". Le texte réel de la vision (qui sera révélé le mois suivant) déclare que le Pape est tué. De toute évidence, le Cardinal Sodano prépare la voie à une fausse "interprétation" du Secret qui prétendra que l’essentiel du Secret, c’est l’attentat manqué à la vie du Pape en 1981 et que tous les évènements prophétisés dans le Secret, pour employer ses propres termes, "appartiennent maintenant au passé ".

5 Juin 2000 - Une lettre menaçant le Père Gruner d’une "ex-communication" sans fondement est signée par le Cardinal Castrillon Hoyos. La lettre est remise au domicile du Père Gruner par un émissaire du Vatican le 21 Juin à 10 heures du soir. Avec un mensonge, l’émissaire pénètre dans la salle de séjour du Père Gruner en prétendant qu’il a "une bonne nouvelle du Saint Père".

26 Juin 2000 - A une conférence de presse, le Vatican publie un texte comme étant le Troisième Secret en entier. Le texte présente une vision dans laquelle le Pape (un "évêque en blanc") est tué par une bande de soldats qui tirent sur lui, alors qu’il est agenouillé au pied d’une grande croix de bois au sommet d’une colline après avoir traversé une ville à demi en ruines remplie de cadavres. L’exécution du Pape est suivie de l’exécution de nombreux évêques, prêtres et laïcs.

Les questions abondent (voir article d’Andrew Cesanek dans The Fatima Crusader, n°64 ). Entre autres questions : pourquoi la vision publiée ne contient-elle aucun mot de Notre Dame, alors que, même en annonçant le non-dévoilement du Secret en 1960, le Vatican lui-même a cité "les mots que Notre Dame a confiés aux enfants en secret". La vision ne mentionne pas les mots qui suivent clairement " Au Portugal, le dogme de la foi sera toujours préservé, etc.... " - expression que Soeur Lucie a inclue dans son quatrième Mémoire comme partie du texte intégral du Troisième Secret de Fatima. L’expression concernant le dogme de la foi au Portugal est mystérieusement reléguée à une note de bas de page, dans le commentaire du Vatican sur le Secret, comme ignorée par le Cardinal Ratzinger et Mgr Bertone, coauteurs du commentaire. La partie du commentaire faite par le Cardinal Ratzinger déclare précisément que Mgr Bertone et lui suivent "l’interprétation" donnée par le Cardinal Sodano - c’est-à-dire que le Message de Fatima et le Troisième Secret en particulier se rapportent totalement à des évènements qui maintenant appartiennent au passé - . En conséquence, le Cardinal Ratzinger prétend que la survivance du Pape en 1981 est ce que dépeint la vision du Pape que l’on tue. Même les médias non religieux reconnaissent la fausseté de cette interprétation.

Le texte publié de la vision ne contient aucun des éléments présentés par le Cardinal Ratzinger dans son entrevue mystérieusement censurée de la revue Jésus. La vision publiée ne dit rien sur les dangers qui menacent la foi et la vie du chrétien et donc la vie du monde, rien sur "l’importance de la fin des temps", rien sur ce que contiennent "beaucoup d’autres apparitions mariales" approuvées par l’Eglise et rien sur les prophéties "annoncées dans la Sainte Ecriture". Plus loin, alors que le Cardinal Ratzinger a dit en 1984 que le Troisième Secret contient une "prophétie religieuse" - déclaration qu’il a faite trois ans après l’attentat à la vie du Pape - il prétend maintenant qu’il n’y a pas de prophétie, mais seulement une présentation d ‘évènements passés, avec au sommet la tentative d’assassinat de 1981.

Plus loin, le commentaire du Cardinal Ratzinger scandalise les fidèles en prétendant que le triomphe du Coeur Immaculé de Marie n’est rien d’autre que l’amour triomphant des bombes et des canons, et que la dévotion au Coeur Immaculé ne signifie rien de plus que l’accomplissement de la Volonté de Dieu par chaque personne qui acquiert ainsi pour soi un Coeur Immaculé. La conversion de la Russie au Catholicisme et l’expansion de la dévotion au seul et unique Coeur Immaculé de Marie à travers le monde ne sont même pas mentionnés dans le commentaire du Cardinal Ratzinger.

La seule "autorité" de Fatima que cite le Cardinal Ratzinger est le Père Edouard Dhanis, Jésuite moderniste qui a passé des années à jeter le doute sur les éléments prophétiques du Message de Fatima concernant la Russie. Le Père Dhanis prétendait que ces éléments du Message étaient de pieuses inventions de Soeur Lucie. Le Père Danhis refusa d’étudier les archives officielles de Fatima ou de consulter d’autres documents privés mis à sa disposition afin de ne pas avoir à rétracter ses thèses erronées. A la suite des erreurs du Père Dhanis qui réduisent Fatima à une piété générique, sans prophétie d’évènements futurs, la partie du commentaire faite par le Cardinal Ratzinger conclut en affirmant que tout ce qui reste du Message de Fatima c’est la prière et la pénitence.

L’étonnante citation du commentaire de Mgr Bertone, assistant du Cardinal Ratzinger (reproduit en partie ci-dessus à partir du fascicule du Vatican Le Message de Fatima ) montre jusqu’où sont tombés dans l’erreur et le révisionnisme Mgr Bertone et les autres du mouvement anti-Fatima. Ici, Mgr Bertone dit, en effet, que la promesse faite par Notre Dame d’une période de paix dépend de la révélation du Troisième Secret alors que, en fait, Notre Dame a dit qu’une période de paix serait accordée au monde seulement quand la Russie aura été consacrée à Son Coeur Immaculé et ensuite convertie. Si l’on n’avait vu les mots imprimés de Mgr Bertone, on aurait douté que n’importe quel théologien catholique sensé ou officiel ecclésiastique ait pu présenter un faux rapport aussi énorme du Message de Fatima. Au spectacle de l’état actuel du monde, la proclamation de Mgr Bertone de la fin d’une ère "marquée par l’appétit tragique de l’homme pour le pouvoir et le mal" confine au dérangement de l’esprit. Que pense-t-il que nous ayons aujourd’hui - une ère de tranquillité ?

La partie du commentaire par Mgr Bertone prétend aussi que toute requête ultérieure pour la Consécration de la Russie "est sans fondement". Pour seule preuve de cette revendication, il cite une prétendue "lettre de Soeur Lucie " de 1989, adressée à un parti non identifié. La "lettre de Soeur Lucie" se détruit d’elle-même, en déclarant faussement que pendant sa visite à Fatima en 1967, le Pape Paul VI a consacré le monde entier au Coeur Immaculé de Marie - évènement qui n’a Jamais eu lieu - Soeur Lucie n’a pas pu faire une telle bévue puisqu’elle assista à toute la brève visite du Pape Paul VI à Fatima.

Paradoxalement la seule personne à ne pas participer à la "révélation" du Troisième Secret le 21 Juin 2000 est Soeur Lucie elle-même. Elle n’est pas encore autorisée à parler, même si on est en train de raconter au public que le Message de Fatima a été entièrement révélé et que rien d’autre ne demeure caché. Son témoignage crucial concernant la Consécration de la Russie n’est pas sollicité, même si peu de semaines auparavant les Cardinaux Sodano et Ratzinger, Mgr Bertone et d’autres membres de l’appareil du Vatican étaient à Fatima et auraient pu lui parler de la question. La lettre de 1989 évidemment discréditée est la seule preuve sur laquelle s’appuient expressément ces officiels du Vatican pour prétendre que la Consécration a été faite. Curieusement, à Soeur Lucie, on ne demande même pas d’authentifier cette lettre.

En conclusion de la Conférence de presse du 26 Juin, le Cardinal Ratzinger mentionne nommément le Père Gruner , prétendant qu’il doit se soumettre au "Magistère" en ce qui concerne Fatima et la Consécration de la Russie. Aucune prétention pourtant que le Pape lui-même ait proclamé que la Consécration est accomplie à tout Jamais. Le Pape ne joue aucun rôle dans la Conférence de presse du 26 Juin , ni dans le commentaire Ratzinger / Bertone, qui n’est pas un document du Magistère de l’Eglise (le service officiel d’enseignement du Pape ou le Pape et tous les évêques du monde en union avec lui) et par conséquent, n’oblige personne à croire ce qu’il prétend. Même le Cardinal Ratzinger lui-même admet que son interprétation et celle de Mgr Bertone ne sont pas contraignantes

11 - 12 Juillet 2000 - Le Père Gruner continue de résister à la menace non fondée d’excommunication de la part du Cardinal Castrillon Hoyos en publiant sa réponse au Cardinal .Le Père Gruner est le seul prêtre actuellement exposé à une telle menace publique directe de la part d’un officiel du Vatican. Cependant en même temps, le Vatican ferme les yeux sur d’innombrables prêtres qui répandent l’hérésie et s’engagent dans tous les pays dans une conduite indiciblement scandaleuse.

14 Juillet 2000 - Le Père Gruner apprend que le Cardinal Castrillon Hoyos commande à plusieurs Nonces du monde de tourmenter le Père Gruner par de fausses accusations. Par exemple, le Nonce des Philippines propage le mensonge que le Père Gruner est coupable de falsifier des documents de la Secrétairie d’Etat du Vatican pour faire reconnaître son oeuvre par le Vatican -absurdité manifeste-. Ces mensonges sont réfutés par la déclaration publiée par l’oeuvre (voir Fatima Priest). Le Cardinal Castrillon Hoyos ne prête aucune attention aux requêtes du Père Gruner pour rétracter les fausses accusations de falsification. Au lieu de cela, le Cardinal Castrillon Hoyos révise simplement l’accusation d’un soi-disant "usage inapproprié" de documents authentiques, refusant d’admettre que son accusation initiale était un mensonge. Toutes les accusations du Cardinal Castrillon Hoyos sont réfutées dans la réponse de l’oeuvre, mais il refuse de rétracter aucune de toutes les fausses allégations.

15 Juillet 2000 - Publication par le Père Gruner du numéro 64 du Fatima Crusader. Ce numéro démontre que le texte du Troisième Secret révélé le 26 Juin est probablement incomplet (voir spécialement l’article sur l’existence de deux textes par Andrew Cesanek. Des copies sont disponibles en italien, anglais et portugais sur le site internet de Fatima, www.fatima.org.).

8 Août - 16 Octobre 2000 - Le cardinal Castrillon Hoyos refuse de retirer sa menace d’excommunication. A la mi-Octobre, il dit qu’il en réfère à "une autorité supérieure". Il refuse d’identifier cette "autorité supérieure", bien que ce soit clairement le Secrétaire d’Etat du Vatican.

31 Août 2000 - Le Père Gruner adresse un dossier au Saint Père pour un second rappel sur sa plainte canonique et son recours au Pape contre les Cardinaux Innocente, Sanchez, et Agostini, l’Archevêque Sepe, l’Archevêque Grochelewski et l’Évêque Forte, l’abus de pouvoir et la violation de procédure canonique légale. La plainte note que (à moins de nouvelle loi et jusqu’à sa promulgation par le Pape), le Pape est lié par les lois qu’il a promulguées pour entendre le cas.

8 Octobre 2000 - Cependant une autre Consécration du monde s’accomplit dans une cérémonie au Vatican - mais pas celle de la Russie -. Cette cérémonie porte le nom "L’acte de confiance". Alors que les propagandistes anti-Fatima disent que la Consécration de la Russie est impossible, 1400 évêques et 76 cardinaux sont rassemblés au Vatican à cette date et peuvent facilement citer la Russie au cours de " L’acte de confiance ". En fait, un certain nombre d’évêques pensent que c’est ce qu’ils vont faire. Le texte de "L’acte de confiance" n’est rendu public que le 7 Octobre, veille de la cérémonie. Le texte ne mentionne pas la Russie, mais mentionne un ’acte de confiance’ du monde: les chômeurs, les jeunes en quête du sens de la vie et autres sujets de "confiance"- n’importe qui et n’importe quoi sauf la Russie.

30 Novembre 2000 - La revue A l’intérieur du Vatican révèle qu’un Cardinal présenté comme "l’un des conseillers les plus intimes du Pape" reconnaît que Sa Sainteté a reçu le conseil de ne pas mentionner la Russie en aucune cérémonie de Consécration parce que cela offenserait l’Orthodoxie Russe. Que l'Ostpolitik et la diplomatie du Vatican aient empêché la Consécration de la Russie est ici confirmé par un prélat du Vatican.

20 Décembre 2000 - Le Père Gruner achève d’écrire une plainte canonique à Sa Sainteté le Pape Jean Paul II contre le Cardinal Castrillon Hoyos pour délits contre la loi de l’Eglise, et requiert formellement, en due forme canonique, de déposer le Cardinal de ses fonctions. Les Canons 1405, 1406 et 1452§1 sont invoqués, selon lesquels le seul juge compétent en de tels cas est le Pape et que le Pape est obligé de régler le litige.

16 Mai 2001 - Réfléchissant au scepticisme croissant de millions de Catholiques, la Mère Angelica déclare à cette date à son émission télévisée an direct qu ‘elle ne croit pas que le Vatican ait révélé la totalité du Troisième Secret:

"Quant au Secret, j’en viens à être au nombre de ces personnes qui pensent que nous n’avonspas eu le tout. J’ai bien dit ! Je veux dire, vous avez le droit à votre opinion personnelle, n’est-ce pas, Père ? Là, vous savez c’est mon opinion. Parce que je pense que c’est effrayant. Et je ne pense pas, que le Saint Siège va dire quelque chose qui n’arrivera pas, qui pourrait arriver. Et puis qu’est-ce que ça fait si ça n’arrive pas? Je veux dire que le Saint Siège ne peut se permettre de faire des prophéties".

30 Août 2001 - Le centre Fatima envoie, à des millions de personnes de la presse et à des gouvernants du monde, une lettre contenant un avertissement à la lumière du Message de Fatima :

" Il viendra un jour, plus proche que vous ne pensez, où des bombes se mettront à exploser même dans les parties ‘paisibles’ du monde ".

11 Septembre 2001 - Des terroristes détournent deux avions de lignes et les écrasent contre les tours jumelles du World Trade Center à New-York, pour les faire tomber. Un autre avion détourné s’écrase sur le Pentagone. Plus de 5000 personnes sont tuées dans l’épisode terroriste le plus sanglant que le monde ait Jamais vu. Cet acte de guerre est la preuve déterminante que la Consécration de la Russie, qui selon la promesse de Notre Dame apportera la paix au monde, n’a pas été faite. Cependant le mouvement anti-Fatima répète que le Message de Fatima a été glorieusement accompli avec la consécration du monde en 1984 et que le Triomphe du Coeur Immaculé de Marie est là.

12 Septembre 2001 - Révélant leur obsession étrange par rapport au Père Gruner et son oeuvre, les officiels du Vatican, seulement un jour après la pire attaque terroriste du monde, font publier par l’office de presse du Vatican, une "Déclaration" au monde, alléguant que le Père Gruner a été "suspendu " de la prêtrise et que nul ne devrait assister à la Conférence de Paix en relation avec Fatima et sponsorisée par son oeuvre à Rome du 7 au 13 Octobre 2001. La "Déclaration" affirme être "mandatée par une autorité supérieure". L ‘article soigneusement inséré dans l’expression "une autorité supérieure " indique clairement que "l’autorité" en question n’est pas la plus haute autorité de l’Eglise - c’est à dire le Pape. L’expression "une autorité supérieure" est , dans la langue du Vatican , le Secrétariat d’Etat - Le Cardinal Sodano - . En tout cas, selon la loi de l’Eglise un "mandat" d’une personne anonyme est nul et non avenu .

La "Déclaration" ne donne aucune base au "suspens" puisqu’il n’y a pas de fondement pour la fausse accusation que le Père Gruner "n’a pas réussi" à trouver un autre évêque pour l’incardiner et doit donc "retourner" à Avellino après 23 ans. C’est le même "échec" qu’avait machiné la bureaucratie vaticane par ses interférences sans précédent pour des offres d’incardination sur des années, par une série d’évêques sympathiques, dont tous souhaitaient favoriser le travail du Père Gruner.

L’annonce du Vatican prétend que la Conférence de Rome ne "jouit pas de l’approbation de l’autorité ecclésiastique". La décision est évidemment calculée pour égarer, puisque ces officiels savent très bien que n’est requise aucune approbation, quelle qu’elle soit, selon la loi de l’Eglise ( canons 212, 215, 278, 299 ), qui garantit le droit naturel du clergé et des laïcs de s’associer et de discuter de sujets d’intérêt de l’Eglise. Paradoxalement, Jamais les officiels n’ont pris des mesures aussi spectaculaires, pour empêcher d’innombrables conférences et autres rassemblements tenus en permanence dans toute l’Eglise par des prêtres, des religieuses et des laïcs qui, ouvertement, sont en dissidence avec la Doctrine Catholique. Ces mêmes officiels du Vatican semblent voir le Message de Fatima comme la plus grande menace pour l’Eglise d’aujourd’hui.

Que le Vatican progresse dans sa persécution contre le Père Gruner quelques heures seulement après le massacre de milliers d’Américains dans une attaque terroriste sans précédent, démontre avec certitude absolue la complète perversité de l’opposition au Message de Fatima de la part de certains éléments intérieurs de la bureaucratie vaticane. Ni la diffusion de l’hérésie, ni les innombrables scandales sexuels parmi le clergé au cours de ces quarante dernières années, n’ont Jamais suscité une telle action de la part de ces mêmes éléments du Vatican, liés par devoir à protéger l’Eglise contre ses vrais ennemis. C’est un mystère d’iniquité que le premier impératif de ces officiels du Vatican, même au milieu de l’effusion mondiale du sang et de l’apostasie, soit devenu la suppression du Message de Fatima - le moyen même capable de détourner l’effusion de sang et l’apostasie.

13 Septembre 2001 - Le centre Fatima répond à la "Déclaration" publiée par l’Office de Presse du Vatican, notant, entre autres choses, que le Père Gruner semble être le seul prêtre, de mémoire d’homme dans l’Eglise, qui ait été publiquement dénoncé au monde par un "délit" qui n’est même pas spécifié, par une "autorité supérieure" qui n’est même pas nommé.

21 Septembre 2001 - Après avoir reçu ce qu’en privé elle a reconnu être "un appel téléphonique ecclésiastique " de la part de quelqu’un de la bureaucratie du Vatican, une employée de l’Université Catholique du Sacré-Coeur à Rome envoie une lettre pour aviser que le contrat de l’oeuvre pour l’hébergement de la Conférence sur la Paix Mondiale du 7 au 13 Octobre 2001, sera annulé - et qu’on refuse de garder le contrat écrit. Tout cela moins de trois semaines avant le début de la Conférence et après que l’oeuvre eut dépensé plus de 100 000 dollars en publicité et autres préparatifs. Questionnée pour une explication de cette rupture de contrat, l’Université Catholique du Sacré-Coeur prétend qu’elle a dû soudain programmer "une inspection des structures" de ses logements - pendant la semaine même où doit se tenir la Conférence de l’Oeuvre du Père Gruner ! -

28 Septembre 2001 - Le Père Gruner reçoit directement une lettre de Monseigneur Dziwisz, secrétaire personnel du Pape, en date du 24 Août 2001, avec des souhaits chaleureux au Père Gruner pour sa prochaine conférence à Rome sur Fatima et la paix mondiale et exprimant ses regrets de ne pouvoir assister à la Conférence à cause du Synode des Évêques qui avait lieu à la même période. Monseigneur Dziwisz est depuis 35 ans secrétaire personnel du Pape Jean Paul II et il est comme un fils pour le Saint Père. L'expression du soutien et des bons souhaits au Père Gruner par Monseigneur Dziwisz prouve que la menace indigne à l'adresse du Père Gruner publiée par "mandat d'une autorité supérieure" le 12 Septembre 2001 n'avait pu émaner de l'entourage du Saint Père, laissant le Cardinal Sodano comme seule autre "autorité supérieure" qui ait pu provoquer la menace sans fondement.

30 Septembre 2001 - En dépit de la prétention du Vatican sur le fait que le Troisième Secret a été entièrement dévoilé, Soeur Lucie demeure soumise aux ordres de ne pas parler en public sur le Message de Fatima sans la permission du Cardinal Ratzinger ou le Pape lui-même. Et comme le monde descend en spirale vers la violence et l’abandon de Dieu, la Consécration de la Russie demeure non accomplie. L’anéantissement des nations est en suspens dans la balance tandis que le monde se prépare à la guerre.

25 Octobre 2001 - Le Cardinal Ratzinger reconnaît "une déstabilisation de l'équilibre interne de la Curie Romaine" en raison de rapports (à la suite de l'attaque terroriste du 11 Septembre à New-York ) d'une lettre de Soeur Lucie au Pape concernant le Troisième Secret et les dangers pour le monde et la personne du Pape. Ratzinger ne nie pas explicitement l'existence de cette lettre. Cet aveu montre que le scepticisme, largement répandu à l'égard des relations Vaticanes sur Fatima, s'étend apparemment jusqu'au sein même de la Curie.

20 Décembre 2001 - En réaction par rapport à la montée du scepticisme quant à l'intégralité des révélations vaticanes du Troisième Secret, l'appareil du Vatican publie soudain une "rencontre" secrète de Soeur Lucie, orchestrée significativement par l'Archevêque Bertone plus d'un mois plus tôt (17 Novembre) au couvent de Coïmbra. La "rencontre" ne comporte rien de plus qu'un rapport en italien par Bertone de ce que Soeur Lucie est censée avoir dit en portugais. Selon Bertone, Soeur Lucie a dit que la Consécration du monde en 1984 a été " acceptée par le Ciel " (dans quel but ? elle ne l'a pas dit ) et que tout "a été publié".

La "rencontre" qui, selon Bertone, a duré deux heures ne contient que 44 mots, prétendus de la bouche de Soeur Lucie concernant les sujets controversés (la consécration de la Russie et le Troisième Secret). Aucun écrit ni autre enregistrement indépendant de la "rencontre" n'est fourni, d'où l'impossibilité de déterminer les questions exactes posées à Soeur Lucie au cours de l'interrogation de deux heures à huis clos, ou le contexte des 44 mots qu'elle est censée avoir prononcés pendant ces deux heures non enregistrées. (Les nombreuses circonstances suspectes de cette rencontre sont analysées dans l'article intitulé :

"Ecoutons le Témoin, pour l'Amour du Ciel" de Monsieur Christopher Ferrara dans le n ° 70 du Fatima Crusader. On peut obtenir des copies de cet article sur le site internet www.fatima.org ou en écrivant à l'une des adresses à la fin de la Chronologie.)

Où en sommes nous?

Voici où nous en sommes, plus de 84 ans après la communication du Message de Fatima par la Mère de Dieu à trois voyants .

+ La simple demande de la bienheureuse Vierge Marie que la nation " Russie " - non pas le monde - non pas les chômeurs, non pas la jeunesse en quête de sens de la vie - soit consacrée au Coeur Immaculé de Marie n’a pas encore été honorée.- Ce manquement est aussi mystérieux que le manquement des Rois de France à honorer la requête de Notre-Seigneur en 1689 pour la Consécration de la France à son Sacré-Coeur. Le manquement à consacrer la Russie aura cependant des conséquences infiniment plus ruineuses que celles qui ont plongé la France dans la Révolution Française.

+ Nous sommes témoins d’une tentative systématique de révision du Message de Fatima, pour éliminer toute référence à la consécration ou à la conversion de la Russie, et pour réduire le Message à une simple chronique d’évènements passés et à un appel à la piété personnelle. Ce révisionnisme de Fatima s’accompagne d’une "purge" de facto de l’Eglise, par des appels à nier la vérité "par obéissance" et par des menaces d’excommunication ainsi que par la dépersonnalisation de quiconque voudrait contredire "la ligne du parti" du Secrétariat d’Etat du Vatican, selon laquelle Fatima appartient au passé et la Consécration de la Russie ne doit Jamais plus être mentionnée.

+ La révélation supposée du Troisième Secret par le mouvement anti-Fatima du Vatican soulève plus de questions qu’elle n’en résout. La vision ambiguë de quatre pages "d’un évêque en blanc", publiée le 26 Juin 2000, ne ressemble en rien au document d’une seule page contenant "les mots que Notre Dame a confiés en secret aux trois enfants" - document vu par différents témoins et présenté en détails considérables en 1984 par le Cardinal Ratzinger. L’interprétation de la vision par le mouvement anti-Fatima au Vatican - selon laquelle le meurtre de l’évêque en blanc ainsi que beaucoup d’autres évêques, prêtres, religieux et laïcs par une bande de soldats signifie l’attentat manqué à la vie du Pape Jean Paul II par un assassin isolé, est manifestement incroyable et certainement inventée pour favoriser la "ligne du parti" selon laquelle le Message de Fatima appartient au passé.

+ En attendant, plus de 17 ans après la prétendue ‘’consécration’’ de 1984, il y a deux avortements pour chaque naissance vivante en Russie, dont la population diminue de 700 000 par an; Vladimir Putin a signé un pacte d’amitié avec la Chine Rouge; la Russie est devenue un centre mondial pour la production de pornographie enfantine; et l’Eglise Catholique est enfermée dans des restrictions légales impossibles, avec interdiction de convertir ou même d’avoir des prêtres et des évêques résidant en permanence dans le pays (ils n’ont que trois mois d’autorisation de séjour à la fois). Suggérer qu’une nation avec de telles pratiques a commencé à se convertir à la suite de l’accomplissement de la Consécration de la Russie au Coeur Immaculé de Marie, c’est une prétention aussi blasphématoire qu’absurde.

+ Tandis que les révisionnistes de Fatima continuent à dire avec insistance que Fatima appartient au passé, les guerres font rage autour du globe et le monde descend toujours plus vite dans un abîme de totale corruption. L’attaque de l’Amérique, le 11 Septembre 2001 est un terrible avertissement d’une avancée toujours croissante du monde vers l’anéantissement de plusieurs nations qui, selon les avertissements de Notre Dame de Fatima, serait le résultat du manquement à tenir compte de Ses requêtes pour la Consécration.

+ Il y a toujours eu des opposants au Message de Notre Dame sur la paix mondiale pour la Consécration et la Conversion de la Russie et des sourds aux avertissements qu’Elle a donné au monde à Fatima en 1917. L’épisode de l’emprisonnement brutal des trois jeunes voyants par les fonctionnaires du gouvernement portugais est bien connu. Sont également riches en documents les persécutions vicieuses que les adeptes de Fatima ont endurées sous les régimes communistes et maçonniques à travers le monde.

Moins familière à beaucoup, cependant, est la lutte interne de l’Eglise elle-même par rapport au Message de Fatima et à son importance permanente toujours actuelle. Malgré l’approbation officielle des apparitions de Fatima, demeure aujourd’hui un groupe petit mais puissant à l’intérieur de l’Eglise, qui travaille activement à étouffer le message entier de Notre Dame.

Cependant des millions d’âmes regardent encore vers le Message de Fatima avec foi et espoir, continuant à croire que la Mère de Dieu n’est pas venue en vain sur la terre. Unis dans une association de base, plus de CINQ MILLIONS de personnes ont adressé une pétition au Pape pour la Consécration de la Russie et la révélation du Troisième Secret.

Nous avons présenté cette chronologie dans l’espoir de donner à tous les Catholiques et à d’autres hommes de bonne volonté, l’occasion de juger les faits par eux-mêmes. Nous avons évité d’inclure tout témoignage ou document non certifié dont l’authenticité puisse être mise en question.

Nous encourageons fermement tous ceux qui cherchent la lumière salvatrice du Message de Notre Dame de Fatima à se joindre à nous pour demander à Notre Saint Père le Pape et aux autres gouvernants de l’Eglise de libérer Soeur Lucie de sa condamnation à 41 ans de silence. et de révéler publiquement dans sa totalité le Troisième Secret de Fatima. Des formules de pétition et des informations supplémentaires sont gratuitement à votre disposition.

Nous vous prions de nous aider en portant ces informations à l’attention de votre famille, de vos amis et collègues. Les enjeux ne sauraient être plus élevés: la paix du monde d’un côté, ou l’anéantissement de plusieurs nations de l’autre; le salut de millions d’âmes ou la perte de millions d’âmes pour l’éternité.

Comme toujours, Dieu laisse entre nos mains le choix du bien et du mal. Il nous donnera la grâce d’agir, mais Il ne nous forcera pas à faire ce qui est juste. Faire ce qui est juste est notre devoir en tant que Catholiques devant Dieu. Faisons ce qui est juste, en respectant le Message de Fatima envoyé par le Ciel - pour l’amour de nous mêmes, de ceux que nous aimons, de l’Amérique, de notre patrie et du monde entier.

En Jésus, Marie et Joseph,

Père Paul Kramer

U.S.A.
17000 State Route 30
Constable, NY
12926

CANADA:
452 Kraft Rd.
Fort Erie, ON
L2A 4M7

PORTUGAL:
C.P. 346, Rua B,
Lote 46
B. Nª Sra da Conceição
2495 Fátima

ITALIA:

Piazza Risorgimento 14
Scala B int.9
00192 Roma

IRELAND
P.O. Box 6085
Glenageary,
Dun Laoghaire Co. Dublin